Religion et entreprise : impossible conciliation ?

 
religieux-entreprise-stabilise_0_729_486.jpg
 

En France, la religion est un sujet sensible et intime avec lequel il convient de prendre les plus grandes précautions. Le monde de l’entreprise n’y est pas imperméable, et de nombreuses organisations ont souhaité approfondir la dimension RH du fait religieux. Pour les y aider, des solutions existent. C’est notamment ce que propose le cabinet Convivencia Conseil, et on leur a demandé de nous faire un petit topo sur la question. C’est parti.

____

La France est l’un des pays les plus diversifiés du monde en termes de religions et de convictions, et les entreprises sont naturellement le reflet de cette diversité, qu’il faut savoir gérer. Car l’enjeu est de taille pour les organisations : selon l’étude McKinsey « Why diversity matters » de 2015, plus une entreprise recrute des profils diversifiés, plus elle est rentable et innovante, en particulier sur les marchés très concurrentiels.

En France, il existe plus de 25 critères officiels de diversité qui sont liés à autant de droits et de libertés pour les collaborateur.trice.s, et donc de potentielles discriminations. Mais les entreprises ne travaillent souvent que sur 5 critères : handicap, âge, genre, orientation sexuelle et couleur de peau.

L’étude annuelle de l’Observatoire du Fait Religieux en Entreprise (OFRE) a pourtant rappelé en 2018 que 65% des managers observaient des faits religieux régulièrement ou occasionnellement au travail, que plus d’un cas sur deux nécessitait une intervention managériale, et que près de 10% des cas étaient bloquants et pouvaient créer du contentieux.

20160407_8964 (1).jpg



Comment faire de la diversité religieuse un atout pour l’entreprise ?

Ne pas prendre de position sur ce sujet est la pire des solutions pour une entreprise. Si elle est bien prise en compte, la diversité religieuse peut devenir un atout : économique, innovation, QVT et même RSE.

Mais si rien n’est organisé, les risques sont majeurs : discriminations, contentieux, problèmes de sécurité et d’organisation, inégalités dans les réponses managériales, bruit médiatique et mise à mal de l’image employeur.

Il existe pourtant des solutions simples, légales et efficaces pour créer de la cohésion, anticiper et répondre aux revendications.


Concrètement, que peuvent faire les entreprises ?

Aujourd’hui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, le droit encadre déjà presque tout. Il faut simplement dépassionner le sujet et le traiter comme n’importe quel autre. Cependant, le droit permet aussi une flexibilité sur certains points, et c’est là que les entreprises doivent se positionner.

En effet, sur des sujets comme le port de signes religieux ou les prières sur le lieu de travail, le droit laisse aux entreprises de fortes latitudes (possibilité d’autoriser ou d’interdire). Par exemple, une entreprise peut interdire les signes manifestant ostensiblement une appartenance religieuse, mais seulement sous certaines conditions strictes (contact avec la clientèle, obligation de reclassement, etc.).



🔎 Pour aller plus loin - Religion au travail : que dit la loi précisément ?

 

 




Texte par

Lucie Roche, de Convivencia Conseil

Publié le

20 Juin 2019


Précédent

Matthieu Jost, fondateur de MisterBnB

suivant

Le pouvoir (néfaste) de l’invisibilité





Derniers articles :


A propos

Etre une femme ou issu.e d'une diversité est encore un challenge dans le monde du travail. Vous voulez changer ça ? Nous aussi.

Equally Work c’est la plateforme d’évaluation des entreprises par leurs salarié.e.s sur les questions de discriminations.