Comment avoir un impact positif au travail ? 3 conseils à suivre

 
etre-heureux-au-travail.jpg
 

Votre job vous plaît mais il vous manque un petit quelque chose pour être pleinement épanoui.e ? Vous avez besoin de mettre un sens à votre journée de travail ? Vous aimeriez avoir un impact positif sur vos collègues et votre environnement ?
Ces trois conseils sont faits pour vous.

____

N°1 : Communiquez positivement !

Le milieu professionnel est un espace où il est parfois difficile de s’exprimer. Comment dire à son/sa manager que ses réunions sont trop longues et mal organisées ? Comment faire comprendre à son/sa collègue que ses blagues sexistes ne sont pas drôles, et qu’on ne veut pas entendre ça, sans paraître rabat-joie ? Il est délicat de formuler tout ça sans faire de mal à d’autres personnes, et pourtant il en va de votre bien-être dans la boîte !

Soyez positif.ve, ne dites pas du mal dans le dos de votre manager à la machine à café parce que sa réunion était encore trop longue, cela n’engage qu’à de la méfiance et instaure un climat de tension. En revanche, c’est à ce moment là que vous pouvez repenser à notre ami Socrate qui suggérait de se poser trois questions avant de parler : est-ce que ce que je vais raconter est vrai ? Est-ce que ce que je souhaite dire est positif ? Et pour terminer, mes paroles sont-elles utiles à l’autre, lui apportent-elles vraiment quelque chose ? Si les réponses à ces trois questions sont “oui”, alors allez-y, si c’est “non”… changez de discours.

Et que faire face aux blagues sexistes de votre collègue qui, en plus, font -apparemment- rire tout le monde sauf vous ? Eh bien, suscitez la discussion et demandez à vos collègues comment ils ou elles se sentent face à cette situation, vous n’êtes probablement pas le /la seul.e à penser que ses “blagues” ne sont pas drôles et peut-être que vous pourriez trouver ensemble la bonne réaction à avoir la prochaine fois. Communiquez est important pour savoir que vous n’êtes pas isolé.e dans un cas comme celui-ci et ouvrir une discussion autour du sujet pourra vous aider à trouver une solution bienveillant.e.

“Encore une autre blague pas drôle…”

“Encore une autre blague pas drôle…”

N°2 : Pensez à vous et agissez

Penser à soi ne veut pas dire être égoïste, cela veut dire qu’il est important de se concentrer sur soi et ses besoins. Posez-vous les bonnes questions : Suis-je épanoui.e au travail ? Qu’est-ce qui me rend heureux.se ? Qu’est-ce qui me donne envie de me lever le matin pour aller travailler ?

Même si vous n’aimez pas particulièrement votre job, il y a quand même du positif à trouver quelque part. Vous appréciez passer du temps avec votre collègue Martine ? Cultivez votre relation avec elle. Vous aimez particulièrement la nourriture du self le midi ? Concentrez-vous sur ce point quand vous partez le matin. Vous avez la chance de pouvoir amener votre animal de compagnie au bureau ? Profitez-en un maximum !

Et surtout, n’hésitez pas à être proactif/proactive ! Par exemple, vous êtes attentif.ve à l’écologie dans votre vie personnelle ? Prenez un moment pour réfléchir à des actions concrètes à mettre en place dans votre entreprise, parlez-en à vos collaborateurs et collaboratrices. Par exemple : essayez de bannir les gobelets en plastiques de la machine à café pour finir par les remplacer par des tasses personnalisées. Tout ça pourra vous aider à donner du sens à votre journée de travail et se répercuter positivement sur vos collègues !

compo_lorraine_sorlet_1-1.jpg

N°3 : Pratiquez le non-jugement

Probablement le conseil le plus difficile à appliquer, mais avec beaucoup de pratique c’est possible ! Pratiquer le non-jugement c’est le faire envers les autres mais aussi (surtout ?) envers soi-même. Notre juge interne est souvent le plus dur : “je ne suis pas assez bien pour ce poste…”, “Je suis trop nul.le, j’ai raté la signature du devis avec le/la client.e !”, “Mon collègue me parle rarement, il ne m’apprécie pas...”. Tous ces jugements quotidiens nous coupent dans notre performance et sont un frein à nos actions positives dans l’entreprise.

Si votre collègue vous dit qu’il n’a pas envie de manger avec vous ce midi, ne le prenez pas personnellement. Votre collègue fait ce qu’il veut selon ses besoins, ce n’est peut-être pas à cause de vous et il n’est pas nécessaire de le juger là-dessus, le prendre mal vous placerez tous les deux dans une situation d’inconfort.

Ne pas juger, c’est vous accepter comme vous êtes, accepter que certains jours vous serez moins performant.e que d’autres et que cela ne remet pas en cause qui vous êtes. C’est aussi accepter l’autre tel qu’il est, tel qu’il se ressent, dans la limite de ce que vous pouvez accepter pour vous évidemment (“La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres." bien sûr !).

Vous verrez que tout ça vous permettra d’instaurer un climat de confiance et se répercutera naturellement sur vos collègues ! Alors prêt.e ??

WeCan.gif
 

 



Texte par

Alice De Ronne

Publié le

26 Juillet 2019


Précédent

Devez-vous démissionner ?

Suivant

#PasTaPotiche : les hôtesses d’accueil dénoncent les discriminations






Derniers articles :


A propos

Etre une femme ou issu.e d'une diversité est encore un challenge dans le monde du travail. Vous voulez changer ça ? Nous aussi.

Equally Work c’est la plateforme d’évaluation des entreprises par leurs salarié.e.s sur les questions de discriminations.